Une Cadillac pouvant rouler plus de 100 ans sans carburant

Le constructeur automobile Cadillac vient de mettre sur le marché un prototype de véhicule futuriste. En effet, la voiture est en mesure de circuler sans carburant pendant plus d’un siècle. Derrière cette prouesse technologique, en partenariat avec Laser Power Systems, se niche une motorisation au thorium, un minéral noir des plus compacts connu sur Terre. Sa consommation en carburant est donc faible. La voiture se veut résolument plus économe que le modèle électrique et qu’une motorisation classique.

 

 

Un concept novateur

Cette nouvelle source d’énergie pourrait amplement s’étendre sur le marché de l’automobile tant cette solution est un concept économique et disponible en quantité. À peine 8 grammes sont utiles pour faire circuler la voiture pendant plus de 100 ans. L’idée est révolutionnaire et offre des perspectives nouvelles vers une autre source d’énergie.

À l’heure où les taxes sur le carburant augmentent et de l’amenuisement des gisements de pétrole, Cadillac ouvre la voie à de nouvelles alternatives pour les prochaines décennies. L’utilisation du thorium, par le biais d’un réacteur nucléaire, est pour le moment la solution la plus crédible pour faire face à la pénurie de pétrole dans les prochaines années. D’ailleurs, certaines nations à l’image de l’Inde, du Japon, de la Chine, des USA et de la France ont déjà flairé le coup. En effet, son exploitation est en projet d’expérimentation dans ces pays.

Le CNRS sur les rangs

Ces pays ont massivement investi dans l’exploitation du thorium. En France, par exemple, le CNRS (centre national de la recherche scientifique) travaille sur la question le début des années 2000. Plus précisément, c’est le LPSC (Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie ) de Grenoble qui a mis en application le concept de réacteur à sels fondus, plus communément appelé le MSFR (Molten Salt Fast Reactor). Le MSFR est ni plus ni moins qu’un type de réacteur à neutrons.

L’exploitation maximale du minéral noir donne lieu à un travail de surgénération. En raison de l’abondance des réserves de thorium, la ressource énergétique se trouverait à peu près 500 fois au-dessus de celles des réacteurs actuels. À la fréquence actuelle de production, le stockage potentiel s’évalue approximativement en dizaines de milliers d’années.

 

 

Un moyen pour réduire les gaz à effet de serre

La rotation du combustible ne fabrique que peu de plutonium et d’actinides et engendre, par voie de conséquence, des rebuts radioactifs beaucoup plus simples à prendre en compte. D’ailleurs, quelques membres de promotion de la technologie 15 vantent les mérites de cette solution. En effet, ils jugent cette option énergétique comme une solution d’énergie verte. Elle pourrait prendre part, de manière significative, à une baisse formelle des gaz à effet de serre. Et ce, malgré le manque de facteurs de modération.

Le cheminement primaire du réacteur à sels fondus s’exécute à la pression atmosphérique environnante et ne manie que des éléments chimiques stables. Par conséquent, les chances de contamination radioactive s’en retrouvent amoindris en cas de fuite. L’exploitation de combustibles relative au nucléaire liquide permet de prendre en compte une solution chimique des énergies fossiles. Autrement dit, on se dispenserait d’avoir à se délester des déchets radioactifs. Sans compter le transport de ces mêmes rebuts radioactifs qui sont un facteur à risque d’accident industriel.

La nouvelle découverte du constructeur américain Cadillac, par l’intermédiaire de son modèle sans carburant, est le point de départ d’une nouvelle ère dans le monde de l’automobile.


+ Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *